Ubuntu : les paquets snap peuvent s’utiliser sur d’autres distribution

image dediée

La bêta d’Ubuntu 16.04 a été l’occasion pour Canonical d’introduire les snaps, de nouveaux paquets d’installation pour les logiciels. Le gestionnaire peut désormais être installé sur d’autres distributions, mais l’infrastructure est jeune. Plusieurs problèmes sont à noter, dont la taille imposante des téléchargements.

Ubuntu 16.04 a été l’occasion pour Canonical d’officialiser un nouveau gestionnaire de paquets, qui prend place aux côtés des habituels paquets Deb, les snaps. L’idée est la même que pour les DMG d’OS X, devenu depuis peu macOS avec Sierra : dans une même image, tous les binaires sont présents, accompagnés par l’ensemble des dépendances/bibliothèques dont le logiciel pourrait avoir besoin pour fonctionner. Avec des avantages et inconvénients.

Un certain embonpoint

Comme Phoronix l’indique, Arch Linux, Gentoo, Debian et Fedora sont désormais supportés, Snapcraft.io ayant été mis à jour. Une fois installé, il permet immédiatement de commencer à installer des snaps. Ces derniers ne sont pas nombreux, à peine sept pour l’instant, dont Ubuntu Clock, Ubuntu Calculator et LibreOffice. Une fois installés, ces logiciels fonctionnent presque comme on s’y attend, mais des points importants sont à signaler.

Le lancement des applications installées via des snaps ne peut se faire que si SELinux est désactivé. S’il ne s’agit que de faire quelques tests, la protection peut donc être désactivée temporairement. Ensuite, en cas de distribution de type non-Debian, il conviendra de s’assurer que le service snapd est bien lancé. Cela peut se faire via la commande suivante :

sudo systemctl enable –now snapd.service

Il faudra également faire attention à la taille des paquets, assez surprenante. Clock et Calc font ainsi 120 Mo chacun, un poids élevé considérant les fonctionnalités très simples proposées. Mais le plus impressionnant reste LibreOffice, dont le snap pèse pas de moins de… 1,1 Go. Eric Griffith de Phoronix note à ce sujet que cette taille est très supérieure à celles des installeurs habituels : 238 Mo pour Windows x64, 201 Mo pour OS X, 229 Mo pour le RPM Linux x64 et pour le Deb x64. En fait, même en réunissant les quatre, le snap est toujours plus lourd.

Fonctionnel, mais améliorable

Globalement, l’ensemble fonctionne. Les snaps s’installent, les raccourcis apparaissent et les logiciels deviennent disponibles dans la recherche de la distribution. Par contre, il peut exister des soucis en fonction de la distribution utilisée. Phoronix signale par exemple que LibreOffice n’affiche pas la barre de menus sur une distribution Fedora. Il est probable que les snaps soient prévus pour fonctionner sur Ubuntu au point d’être parfois « perdus » si Unity est absent.

On peut considérer globalement que les snaps sont une infrastructure jeune et qui laisse donc une bonne place pour des améliorations. On peut imaginer par exemple, quitte à garder un système d’images contenant tous les binaires, que ceux ne servant à rien une fois installés pourront être supprimés. Pour court-circuiter même les imposants téléchargements – les snaps sont tout de même censés être utilisables tels quels sur des appareils mobiles – on peut songer également à un service « intelligent » qui formerait des snaps adaptés côté serveurs. Il faut espérer en outre qu’ils pourront se lancer à terme sans devoir couper SELinux.

Les snaps offrent cependant l’avantage d’être faciles à mettre en place. Ils devraient permettre aux éditeurs de proposer directement des paquets tout-en-un s’installant facilement, quelle que soit la distribution retenue. Du moins en théorie.

Source nextinpact.com

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s